Descente au méandre de l’aven Joly

RDV est donné pour une sortie à l’aven Joly, en compagnie du Spéléo Club Mottois. La veille, nous préparons les kits au local pour rejoindre les -150m, et Alain du SCM prépare de son côté la suite pour rejoindre les -200, une fois passé le méandre.

Top départ de Vaison la Romaine à 8h30, direction St Christol. Thomas nous attend sur place. Nous sommes au complet, lorsque la voiture de Willy et Arnaud vient se garer près de nous.

La fine équipe de cette journée est donc composée de : Thomas, Alain, Willy, Arnaud, Anne, Romain.

Après un détour sur un sentier qui restera gravé dans nos mémoires comme non carrossable pour des camions chargés de matériel et de personnes, nous finissons par arriver dans la clairière qui fera office de parking. Le trou est juste à côté, entouré d’une cloture.

Thomas semble surmotivé et part équiper la galerie, je le suis (pour vérifier que c’est bien fait ! :D) pour étudier un peu plus les différentes techniques d’équipement, et me rends vite compte de la technicité de la cavité. Des dev à chaque passage, des têtes de puits toutes aussi différentes les unes des autres, suivies par des boyaux étroits dans lesquelles se faufiller les pieds pendants dans le vide relève d’une prouesse digne des plus grands contorsionnistes, pour une grande bête comme moi…

Nous enchainons les puits pour arriver au fameux couloir de la sublimation : une diaclase énorme tant par sa beauté que par sa taille ! Les éclairages puissants et diffus sont ici les bienvenus pour apprécier tous les détails. Nous décidons de poursuivre la descente dans la suite de la cavité, sans Willy et Arnaud qui doivent nous quitter pour aller trouver un autre trou un peu plus loin sous la lueur du soleil très présent d’ailleurs ce jour là !

A partir de ce point, toute la cavité semble se rétrécir : passages étroits, petits puits, et soudainement, la zone dite des « isotopes mouillés », qui sont… mouillés de par les infiltrations d’eau qui sont bien présentes ce jour, et surtout, un joli puits de 35m.

Nous arrivons aux sauts quantiques dans lesquels nous décidons de manger avant de reprendre les enchainements de mini puits devenant de plus en plus serrés… Et c’est ainsi que nous atteignons le départ du méandre à -150m. A ce niveau, tout le monde est unanime, nous avons pris le temps de descendre, nous n’irons pas plus loin.

Je me décide donc à remonter, et reste coincé d’entrée à la première remontée. Hé oui, il faut suivre, je suis grand (je l’ai déjà dit là haut !). Ce petit puits doit faire 4m, très étroit entre 2 parois rocheuses, et mon croll est décidé à ne plus passer, et je n’ai pas mis mon pantin au pied. La dev placée juste au dessus de l’étroiture me permet de ne rien pouvoir faire et subir 😀 ! Après moultes gesticulations et une perte approximative de 70% de mon énergie totale, j’arrive à passer la tête au dessus de l’étroiture et retirer la dev sur un ultime effort. La remontée peut alors continuer sans autre embuscades de la galerie qui semble bien vouloir nous garder auprès d’elle ! En effet, c’est au tour d’Anne d’être frappée par la poisse : son croll ne veut plus passer sans intervention humaine, et elle n’a pas pris de pantin… Les hurlements de colère s’intensifient en même temps que la chaleur de l’extérieur approche. Alain suit, frais comme un gardon, en déséquipant.

Nous retrouvons la clarté du jour vers 17h, après 7h sous terre. De bonnes discussions s’en suivent, des gâteaux, et les courbatures commencent à apparaitre, l’heure de rentrer à la maison et s’affaler dans sa banquette !

Romain.

© Photos : Arnaud

Article mis en ligne par Romain