Inter club Grecs – SSFV – 1ère Grotte Haaa

Comme d’habitude André passe à la maison à huit heures, nous sommes à l’heure à Bagnol pour rejoindre Guy, puis nous attendons Thomas et Thomas devant le camping, qui arrivent à l’heure prévue dix heures dix.
André a pensé aux sécateurs afin de débroussailler la piste jusqu’à notre parking habituel.

Participants : André LANGUILLE, Guy MAUREL, Thomas NICOLLE, Thomas SOULARD, Eddie SERRE (rédacteur).

Une fois le matériel réparti, pelle, massette, aiguilles (pour Dédé), baudriers, soixante mètres de corde, perfo, toute la quincaillerie, un bidon et le matos topo, nous démarrons l’ascension. Non sans mal, nous retrouvons le trou de Dédé, puis prenons la vire vers le sud.
Arrivés dans les fourrés, nous avons assez de mal à retrouver notre précédent passage, le GPS nous guide tant bien que mal jusqu’à notre trace et devant l’entrée avec une précision de vingt huit mètres !!!

Guy reprend les coordonnées avec son GPS plus récent.

Les objectifs sont :

  • d’équiper le petit puits du fond, d’élargir la lucarne et voir !!! André, Thomas et Thomas s’y attèleront.
  • voir la galerie de droite au départ de celle gazée
  • faire la topo.

Mais avant, petite visite et agréable surprise, la galerie gazée ne l’ai plus !!!
Aussi, nous progressons jusqu’au niveau d’un chenal de voûte assez conséquent, qui plonge dans l’argile en mottes, nous voyons sur deux mètres, sur la gauche ça part en laminoir plongeant, il faudra y faire une séance de désob. !!!
Cette large galerie, a été creusée en régime noyé, le plafond est magnifiquement érodé.

Avec Guy nous commençons la topo. Au niveau de l’entrée.
Thomas N. est en bas du puits et transpire à grosses goûtes pour élargir la lucarne, pendant qu’André équipe le haut du puits.
Une fois la salle convertie en chiffres, nous commençons la galerie gazée, là Thomas S. vient nous dire que le puits est aveugle, que c’est très étroit, ça finit sur un plancher de calcite.
Donc, ils attaquent la galerie de droite au départ de la galerie gazée.
Très vite, Thomas S. passe le plafond bas, derrière c’est grand !!!

Les bidons se succèdent plus rapidement, nous arrêtons la topo !!! ça passe, on se précipite tous, ça bouchonne !!!!!!!

Après un petit ramping, ça descend dans le fond d’un petit puits de soutirage, nous voyons que l’eau passe, tout est propre, une petite escalade et nous nous trouvons à la base d’une cheminée qui se termine par une cloche. A la base quelques os éparts et surtout de nombreuses griffades tapissent la paroi certaines à plus de deux mètres de hauteur.
Séance photos, nous rebroussons chemin, à noter au passage, un beau miroir de faille descendant droit au soutirage.

Aussi, Thomas et Thomas y attaquent une désob., mais très vite ils ne savent plus où mettre les gravas. En déplaçant un gros bloc, Thomas S. s’écrase la main !!!, ça saigne un peu, il a peur d’une fracture !!!
Thomas N. lui dit de sortir, mais la douleur passe, il retrouve son rire contagieux, ouf !!! Je descends le remplacer, juste le temps de constater que les gravas sont soutirés, il faudra venir avec des seaux et vider tout ça.

Il est quatorze heures trente et il fait vachement faim, nous sortons casser la croûte, un peu déçus tout de même, que ça ne file pas plus loin.
Le temps est couvert, mais nous avons un spectacle magnifique, les nuages élevés laissent une belle visibilité sur les Préalpes aux sommets enneigés, en face le Ventoux, la vallée du Rhône encore dans le brouillard, par contre le resto n’est pas bien chauffé !!!
Nous retournons vite au chaud continuer nos travaux, chacun de notre coté.

Avec Guy nous reprenons la topo, pas pour longtemps, Thomas S. rampe jusqu’à nous et nous dit ça passe, il y a une salle derrière, venez !!!
Nous pensions qu’il était avec Thomas N. au soutirage, car en traversant la salle j’ai cru voir Dédé entrer dans la petite alcôve de droite au fond de la salle.
Comme ils ont le même éclairage, j’ai confondu.
Ceci dit, Thomas S. a dégagé quatre gros cailloux, puis est passé dans une salle, au fond de l’alcôve !!! et ça file encore …

Nous le suivons, en effet après une chatière, une petite salle basse, puis une autre chatière et une autre petite salle, nous sommes proches de la surface, beaucoup de racines pendent du plafond. A gauche de la seconde salle, un autre miroir de faille, inversé par rapport à celui vu au-dessus du puits soutireur, me semble-t-il, la paroi en face est de la roche fracturée.
Nous regardons et nous faufilons dans tous les recoins, pas de suite flagrante, sinon dégager le fond de la dernière salle qui se finie dans des gravas, à voir…

Nous retournons à notre topo, heureux d’avoir fait encore quelques dizaines de mètres de premières !!!
Il est seize heures, nous aurons juste le temps de finir la galerie gazée.
A son terminus, je suis encore étonné par ce beau chenal de voûte, il faut absolument tenter une désob. là aussi, surtout qu’il n’y a pas de difficultés majeures.

En remontant, Guy remarque un départ sur la droite, et me dit avoir entendu l’équipe bosser sur le fond du puits, il me passe la pelle, je dégage au maximum, je ne vois pas grand-chose, il semblerait que ce soit un renfoncement de la paroi, à vérifier quand même…
Pendant ce temps, André et les Thomas sont partis voir la découverte de Thomas S

Dix sept heures, nous retrouvons la salle d’entrée, ils sont toujours dans la nouvelle galerie, Guy en profite pour élargir encore un peu l’entrée, je range le matériel topo.
De retour, André pense qu’il serait intéressant de tenter une désob. au niveau du miroir de faille, ça semble filer, par contre pas de courant d’air notable.
Dehors l’air vif nous attend, nous décidons de descendre tout droit !!!

Super journée, la grotte raisonne encore de nos éclats de rire !!!

Article mis en ligne par Romain