Plongée à la rivière souterraine du Bestouan

On est dimanche, les conditions de mer sont excellentes, et tout a été préparé : aujourd’hui, c’est immersion dans la rivière souterraine du Bestouan à Cassis (13).

Participants : Thomas, Cédric, Laurent, Isa, Romain.

9h, nous sommes tous présents chez Loule pour un briefing du site, et un bon petit déjeuner. En effet, c’est une première pour Cédric et moi-même, et une sortie initiation à la plongée souterraine pour Isa.
On regarde la topo du site, et on nous prévient de suite de la présence d’une grosse halocline à l’entrée de la cavité, dans 1 mètre d’eau (mélange de l’eau douce et l’eau salée, qui produit une eau très trouble).

Halocline sur Google

Tout le monde est prêt, le matériel chargé, c’est parti. Arrivée sur le site à 10h, il était temps, par une magnifique journée comme celle-ci, les places à Cassis sont chères ! Le temps de décharger le camion et de s’équiper, la chaleur nous rattrape, l’eau fraiche (15°C) de la mer sera la bienvenue. Nous partons donc de la plage du Bestouan en suivant Loule qui nous indique l’entrée après 10min de palmage dans 3m d’eau. Le fil est là, l’halocline très présente, pas de doute, on est au bon endroit ! Le courant nous pousse fortement vers la mer, et c’est donc un palmage tonique qui nous amène vers l’intérieur de la cavité aux dimensions intimes au départ. Vient ensuite le puits de 20m (surplombé d’une cloche). La descente se fait tranquilement, et l’arrivée en bas du goulot nous repropulse dans une halocline, décidément bien présente aujourd’hui ! Les dimensions sont cette fois plus imposantes, les puissantes lampes nous permettent de percer cette brume et d’apprécier les dimensions de la cavité, et surtout les imposantes dunes de glaise qui jonchent le sol. Pas question d’y poser les palmes, sous peine de créer un terrain propice pour un retour dans de mauvaises conditions de visibilité…

La progression est régulière et arrivés aux 200m de pénétration, Loule nous informe que son ordinateur est en rade, et de toute façon il est temps de repartir, nos manomètres nous l’imposent ! Et qu’est-ce que ce retour est appréciable ! Après avoir bataillé pour avancer à contre-courant, nous voilà portés vers la sortie, les palmes en gouvernail, et le silence… Nous remontons le puits, les ordinateurs (qui fonctionnent ;)) ne nous indiquent aucun palier et la sortie est rapidement visible dans l’eau seaumâtre, grâce à la clarté du ciel et un soleil au zénith. Tout le monde rentre sur la plage, avec une folle envie d’aller trouver de bons sandwichs pour certains, et des toilettes pour d’autres !

Une très belle journée, qui se terminera ensuite par une série d’exercices de navigation sur fil chez Loule.

Romain.

Article mis en ligne par Romain